ICI VOUS TROUVEREZ :
 
QUI SONT LES CAMPINGS-CARISTES! (Chiffres provenant de revues spécialisées.
 
LES REGLES POUR CRER UNE AIRE CAMPING CAR.
 
COMMENT UN CAMPING CARISTE PREVOIT SON BIVOUAC :
 
En général, le voyage en camping car n’est pas l’imprévu comme beaucoup le pensent, vu la grandeur du véhicule et l’importance de dormir et séjourner au calme, dans la majorité des cas, le camping cariste consulte un guide avec les aires de services ou les parkings spécifiques qui sont mis à disposition par les communes. A partir de ces guides, il prévoit son itinéraire et ses arrêts.
Une commune qui n’est pas dessus EST ZAPPEE, elle verra peut être passer des camping cars mais sans bivouac, donc sans dépenses chez elle.
 
L'INTERET ECONOMIQUE D'UNE AIRE DE SERVICES CAMPING CAR.
 
LE CAMPING CAR EST UNE NOUVELLE DONNE DANS LE TOURISME DU 21ème siècle. Ce sont des logements qui amènent des touristes sans avoir à les construire.
 
MAIS QUI SONT LES CAMPINGS CARISTESC’est un nouveau mode de tourisme du 20 et 21ème siècle qui est en plein développement.
 
Ils sont en majorité retraités,  et sont touristes à part entière et même davantage puisqu’ils utilisent leur camping-car bien plus longtemps sur l’année que des vacanciers en activité. Ils fréquentent beaucoup les commerces de bouche, presse, cafés, coiffeurs, musées, soins du corps, pharmacies et sont de fidèles adeptes des cures etc… (Voir les statistiques ci-dessous et sommaire en haut à gauche).
 
Avec un niveau de vie légèrement supérieur à la moyenne, Ils sont en général propriétaires de leur logement et vu leur âge n’ont plus de charges d’enfants, ni de crédit immobilier à rembourser.
 
Leurs revenus sont donc en totalité disponibles pour les loisirs et pour profiter de la vie. Ils représentent une clientèle idéale pour les communes qui sont conscientes de ces réalités, ils sont notamment d’un très bon apport hors saison.
 
Une récente étude marketing de 10/2015 effectuée dans l’émission de France 2 ‘’Cash Investigation’’ d‘Elyse Lucet – démontre par des chiffres que le pouvoir d‘achat des seniors représente aujourd’hui près de 50% des actes commerciaux.
 
Pourtant, certaines communes au détriment de leurs commerces et des emplois que cela induit, continuent à considérer ces séniors campings-caristes comme des ''pestiférés'', les reléguant sur des parkings douteux, par exemple près d’une déchetterie, ou en installant des portiques illégaux ou des panneaux d’interdiction de stationner souvent également illégaux (voir la législation sur le sommaire en haut à gauche).
 
Elles font le bonheur des tissus commerciaux des communes mieux informées qui elles ont un retour sur investissement grâce à la taxe professionnelle ou son équivalence actuelle.
 
QUELQUES CHIFFRES A CONNAITRE AVANT D’ABORDER LE TOURISME EN CAMPING CARS:
 
 
La France est la 1ère destination touristique mondiale.
 
Le tourisme représente en France 7,2% du PIB et 2 millions d’emplois (chiffres du ministère).
 
Toutefois, les 2/3 des touristes en France sont des français.
 
Sur ce dernier tiers, la moitié de la fréquentation étrangère vient de chez nos voisins, la Grande Bretagne, l’Allemagne, la Belgique et les Pays Bas. La chine, la Russie, le Brésil et l’Afrique du Sud arrivent derrière, mais connaissent une forte croissance annuelle en nombre de nuitées.
Le BIT estime que la visite d’une commune, pendant une journée de 25 touristes (soit l’équivalent d’une dizaine de camping cars) équivaut au maintien ou à la création d’un emploi pendant cette même journée.
 
LES FUTURES OBLIGATIONS DES COMMUNES TOURISTIQUES CONCERNANT LES AIRES.
 
DIVERS STATISTIQUES.
 
Il y a plus de 400 000 camping cars en France à multiplier par un minimum de 2 personnes par camping car, (chiffre en constante progression de 8 à 10% par an) ils représentent entre 15 et 20 millions de nuitées pour la France, souvent hors saison.
Le nombre de CC était de 250 000 en 2010 ils sont donc bien plus nombreux, 3 ans plus tard, dans ce nouveau mode de tourisme. Près de 50 000 cartes grises sont établies chaque année.
 
Des estimations donnent une dépense moyenne de 50€ par bivouac.
Les commerces reversent sous forme de taxe professionnelle ou de son équivalent environ 5 à 6 % aux communes. Ces mêmes commerçants consomment ensuite à leur tour cet argent qui de nouveau est sujet à ponction par les communes, ceci à l’infini…C’est une cascade économique profitable à tous. 
 
Il ne faut pas oublier que chacun d’entre eux héberge au minimum 2 personnes, voir 3 ou 4 en saison estivale.
Ils sont 700 000 en Europe, dont un grand nombre à venir chez nous, toujours à multiplier par le nombre de passagers, souvent minimum de 2, parfois 4 ou 5 en vacances scolaires..
Ils parcourent 10 300 km / an en moyenne.
45% stationnent entre 24 et 36h sur un même site.
33% stationnent moins de 24h au même endroit.
99% fréquentent les commerces de bouche, 92,4% les maisons de la presse, 88,8% les boutiques souvenirs, 71,8% les cafés.
88% se rendent souvent au restaurant, 88,9% privilégient la cuisine de terroir.
 
 
ENQUETE CETELEM de 2013 sur la clientèle camping cariste (échantillon de 401 possesseurs, hommes ou femmes interrogés par internet).
 
Age moyen d’un (ou une) camping cariste, 47,1 ans, 44% ont plus de 50 ans.
53% voyagent en couple, 40% en famille et 1% en solo.
Si 54% achètent un camping car avec un crédit partiel, 31% payent comptant.
Maniaques, nous effectuons au minimum un entretien par an et 13% d’entre nous en font 2.
53% achètent un CC pour se faire plaisir, 39% pour changer de vie et tenter une autre expérience.
32% parce que c’est une solution de voyage économique, économique, si l’on fait abstraction du prix d’achat du véhicule au départ, seulement 1% pour faire des rencontres.
 
NOTRE PERCEPTION DU CAMPING CAR :
C’est le mot liberté qui revient le plus souvent.
47% pour se déplacer ou bon nous semble. 22% pour découvrir de nouveaux horizons, 22% pour vivre des moments spontanés et imprévus.
A l’achat, le prix importe pour (23%), mais moins que la qualité de vie à bord (32%). Le confort de conduite est préféré seulement dans 17% des cas, la marque dans 10%.
Les séjours : 76% de réponses en faveur de la découverte de villes, régions, pays etc. 61% pour rendre visite à la famille et aux amis.
Les évènements festifs et culturels ont la côte, 31% prennent la route pour cela.
 
NOS ACTIVITES :
La randonnée et la balade 50% - le farniente 39% - les sorties culturelles 30% - la gastronomie représente 30% des sorties.
 
 
LES CAMPING CARS CIRCULENT PRESQUE TOUTE L’ANNEE.
 
RAPPEL > Le BIT estime que la visite d’une commune, pendant une journée de 25 touristes (soit l’équivalent d’une dizaine de camping cars) équivaut au maintien ou à la création d’un emploi pendant cette même journée.
 
En Vendée, la ville de St Hilaire du Riez a fait effectuer en 2012 une étude par un cabinet spécialisé, il en ressort, que les dépenses effectuées par les camping caristes dans les commerces de cette commune, correspondent à un chiffre d'affaire compris entre 250 000 et 300 000 € suivant les années.
 
L'HIVER - une autre étude de fin 2011 montre qu'ils sont 42 % à séjourner dans les stations, allant de préférence ou il y a des aires avec l'électricité permanente, à cause des batteries dont la capacité est limitée par grand froid. Il en est de même sur le reste du territoire, pour les périodes ou les températures sont basses, une aire possédant l’électricité en permanence sera plus fréquentée, au bénéfice du commerce local.
 
En 2011 - à Super Besse 63 - une collectivité qui a tout compris ! Vous étiez + de 300 CC dans cette commune aux vacances scolaires de Noël 2010 et en Février 2011, pas mauvais pour le commerce local et la caisse des remontées mécaniques.
 
A Montgenèvre 05 – Cette commune de sport d’hiver possède une aire pour 250 camping cars, combien de forfaits ski vendus en plus et de dépenses dans les commerces !

En Vendée 85 – à force d’agrandir la capacité d’accueil, suite à son succès et à ce que cela rapporte, l’aire camping-car du Puy du Fou accueille maintenant 800 camping-cars / jour, c’est la plus grande de France. Combien rapportent toutes ces entrées et ces dépenses supplémentaires !
 

 
Si certaines communes hésitent encore ou doutent de l’intérêt d’une aire de service, elles doivent savoir que le fond d’investissement américain Newfund investit actuellement, dans la création du réseau d'aires camping-car Park en France. Ce qui est la preuve que cela rapporte, car ils n’investissent qu’après de sérieuses études de marché.
 
INTERET POUR UNE COLLECTIVITE - Le niveau de vie d'un camping cariste est légèrement supérieur à la moyenne nationale, la charge utile du véhicule étant limitée, il achète ce qu’il consomme au gré de ses arrêts et voyages. Avec une moyenne d’âge élevée, ils ont souvent l’avantage de ne plus avoir de charges immobilières et de famille, leurs revenus sont en grande partie réservés à l’évasion et aux dépenses de bien être à chaque bivouac.
Des estimations donnent une dépense moyenne de 50€ par bivouac.
Les commerces reversent sous forme de taxe professionnelle ou de son équivalent environ 5 à 6 % aux communes. Ces mêmes commerçants consomment ensuite à leur tour cet argent qui de nouveau est sujet à ponction par les communes, ceci à l’infini…C’est une cascade économique profitable à tous.
 
Une récente étude marketing de 10/2015 effectuée via l’émission de France 2 ‘’Cash Investigation’’ d‘Elyse Lucet – démontre par des chiffres que le pouvoir d‘achat des seniors représente aujourd’hui près de 50% des actes commerciaux.
 
Amoureux de la libertéle camping cariste a majoritairement horreur de ce qui est trop encadré comme les campings, qu’en général il fréquente peu (17% des nuitées), sauf pour certains services comme par exemple la lessive ou si l’aire est en extérieur de celui ci. Une commune sans aire fait perdre au commerce local, le bénéfice de plus de 80% des bivouacs de camping-cars. Une étude récente de la Sté Camping Car Park propriété d’un fond de pension américain, évalue à seulement 17% les nuitées en camping.
 
Possédant tout le confort à bord (douche, toilettes), quand un camping cariste opte pour un camping, logiquement, il s’orientera en général, au moins cher, trouvant inutile de payer des équipements dont il ne se sert pas. Et dans son cas, la classification des étoiles aura plutôt un effet inverse.
 
Statistiquement quand il n’y a qu’un parking d’accueil, cette commune pourrait attirer en moyenne 3 fois plus avec des services, tel que de l’eau et vidanges et 4 à 5 fois plus avec l’électricité.
 
Un exemple, une petite station thermale Gréoux dans le 04 (800 hab), a ouvert récemment une aire avec eau et électricité pour 70 camping cars, en mi Mai 2014 (période hors saison) les 70 places étaient complètes à majorité de curistes, la commune créant un second espace de 30 places également plein à 80%. Cela représente plus de 100 curistes par jour qui n’iraient pas à cet endroit, sans aire de services.
 
LES DERNIERES STATISTIQUES – La dernière étude concernant les campings-caristes, montre un niveau de vie en général supérieur à la moyenne nationale, (on le comprend en connaissant le prix moyen d'un camping car, en moyenne 50 000€) et une dépense approchant les 50 € à chaque bivouac.
 
La 1ère règle du savoir vivre en camping car, c'est de dépenser en priorité et de toute évidence, cette somme, aux endroits ou l'on facilite notre stationnement et ou il y a une aire, ce qui est un juste retour envers les communes qui nous accueillent.
 
Pour inciter les campings-caristes à consommer ou il y a des aires d'accueil, ce site indique au fur et à mesure des modifications, les monuments, musées et parfois le bon restaurant ou consommer.
 
La charge utile du véhicule étant limitée, il achète ce qu’il consomme au gré de ses arrêts et voyages. Avec une moyenne d’âge souvent élevée, les camping caristes ont souvent l’avantage de ne plus avoir de charges immobilières et de famille, leurs revenus sont en grande partie réservés à l’évasion et aux dépenses de bien être à chaque bivouac et l'on dépense toujours plus en vacances que chez soi, 10 campings cars le soir sur une aire c'est en général 20 personnes... Mais qui dépensent comme 25 ou 30.
 
Les besoins journaliers sont les mêmes qu'au domicile, pain, presse, nourriture, coiffeur, café, tabac, pharmacie, cadeaux pour les enfants et petits enfants, etc...
Les campings-caristes bougent 9 mois sur 12 et représentent une clientèle intéressante hors saison. Les campings sont en majorité inadaptés à cette clientèle, car souvent ouverts uniquement 3 ou 4 mois par an.
Au regard de l'âge moyen, chacun peut constater qu'à 20h on entend les mouches voler sur une aire de services, de même, l'emplacement reste net au moment du départ.
 
Conscients de ces chiffres, de nombreux supermarchés, sociétés d'autoroutes, viticulteurs, agriculteurs, industriels et autres, consolident leur offre souvent gratuite ou à prix dérisoire envers les Campings-caristes et l'apport économique "en pleine expansion" qu'ils représentent... Le fond d’investissement américain Newfund vient de prendre des parts dans le nouveau groupe privé d’aires de services ‘’camping-car Park’’.
Ceci n'est pas le fruit du hasard, mais le résultat d'études de marché et de constats statistiques, ils ne sont pas philanthropes.
 
Certains commerçants "futés" ont également compris qu’en ayant une aire, ils étaient sur les guides, les campings caristes trouvant par exemple un Super U, un camping, ou un Intermarché sur celui ci, sont incités à s’arrêter à cet endroit, même s'ils n’utilisent pas l’aire de services, assurés de pouvoir se garer facilement, c’est une forme détournée de publicité, astucieuse et peu coûteuse. Nous avons également envie de faire vivre ceux qui participent à notre passion.
De nombreux dirigeants de supermarchés, constatent qu’il y a beaucoup moins de vols et de délinquance sur leurs parkings quand quelques camping-cars y passent la nuit. Il convient naturellement, de laisser la place nette au maxi pour 10h, afin de la libérer pour la clientèle de ces magasins.
 
> Il faut aussi savoir ! Que le 1er réflexe d'un camping cariste est souvent de consulter le guide des aires gratuites avant tout autre, et avant de décider de son bivouac du soir. Ceux qui sont présents sur la liste des aires gratuites draineront donc plus de monde, au bénéfice des commerces, musées et monuments de ces communes.
 
Une borne artisanale est souvent plus vite amortie, car il n’y a pas de contrat d’entretien à payer, moins de vandalisme, par exemple pour récupérer la monnaie, c’est souvent un moindre coût pour une commune de faire réaliser une aire gratuite, par ses services techniques, plutôt que d’acheter des bornes sophistiquées, payantes, qui parfois dissuaderont certains campings-caristes de s’y arrêter et qui seront difficilement amorties. Le but étant qu’ils s’arrêtent et dépensent dans la commune.
 
Ce n'est pas par avarice que les campings-caristes font ce choix, mais nous constatons tous que gratuité ou don volontaire, veulent souvent dire, commune demandeuse, donc en général, plus accueillante envers nous.
 
Un muret, avec 2 robinets à pas de vis, l’un pour l’eau propre, le second pour rincer la K7 WC, un orifice d’environ diamètre 100 pour les WC et un caniveau pour les eaux usées suffisent. Quelques prises électriques si l’on veut du passage en saison froide pour la charge des batteries. Eventuellement un tronc pour une participation.
 
Les camping-cars sont équipés de douches et robinets qui coulent peu et vaporisent quasiment l’eau, en moyenne pour un couple, la consommation d’eau journalière est minime 40 à 50 L par jour.
 
Une commune qui se trouve dans l'environnement d'un site touristique (10 à 20 km), bénéficiera de l'attraction de ce site, car son aire sera reprise sur les guides de camping car, en fin de description de ce site. Exemple de grandes villes ou vous trouverez les hébergements en banlieue, ou de villes en arrière pays des côtes, qui ont des transports en commun vers la mer.
 
Lors de l’implantation d’une aire, une erreur à ne pas commettre si l’on veut retenir les camping caristes et le pouvoir d’achat qu’ils émettent : Ne pas mettre le plateau des services trop loin du stationnement.
Lors d’un arrêt de 24h, un camping cariste sort ses verres, bouteilles et divers objets, si les services sont proches, il peut se permettre de rouler au ralenti jusque-là, s’ils sont trop loin, il va tout ranger et reprendra la route sans revenir à l’aire de stationnement. Ce système n’est donc valable que si l’on veut limiter à 24h sa présence (et ses dépenses).

L’aire doit être près des commerces pour que la commune et les commerçants aient un retour sur investissement car nombre de camping caristes n’ont que leurs jambes pour se déplacer. 

QUE RAPPORTE A UNE COMMUNE ET A SES HABITANTS UN BIVOUAC CAMPING CAR :
On a vu plus haut qu’un camping car, dépense 50 € / 24 h, en moyenne à son bivouac.
Cette somme dépensée dans les commerces et les restaurants est ajoutée à leur chiffre d’affaire.
En moyenne 5 à 6 % de ce chiffre sont reversés à la commune par le commerçant au titre de la taxe professionnelle ou de son équivalence.
Cette somme permet aux habitants de payer moins d’impôts ou de s’offrir des structures plus importantes.
Une autre richesse est à prendre en compte, plus une commune reçoit de touristes, plus son tissu commercial augmente et prend de la valeur, il en est de même pour les biens immobiliers détenus par les particuliers, qui se vendront également plus rapidement dans un endroit fréquenté que dans un désert.
La valeur du bien et sa valeur locative augmentent.
Je prendrais un exemple que je connais bien, la ville d’Evian en Haute Savoie, 7 500 habitants, qui grâce au tourisme dispose d’un budget de ville de 40 000 habitants (info journal Le Messager printemps 2013).
 
RAPPEL > Le BIT estime que la visite d’une commune, pendant une journée de 25 touristes (soit l’équivalent d’une dizaine de camping cars) équivaut au maintien ou à la création d’un emploi pendant cette même journée.
 
UNE AIRE DE SERVICE EST L’INFRASTRUCTURE LA MOINS COUTEUSE POUR ACCUEILLIR DES TOURISTES.
C’est aussi un outil qu’une commune maitrise à sa guise quand elle désire varier la capacité. Ce qui n’est pas le cas des meublés, des hôtels et des campings quand il faut mettre tout le monde en accord sur un projet, de plus, certains partenaires comme les campings ne sont ouverts que quelques mois par an, donc défaillants une bonne partie de l'année pour l'accueil touristique.
 
Les campings cars sillonnent l’Europe en tous sens, et pas besoin d’avoir un monument, un bord de mer ou un lac pour attirer des campings caristes. Souvent, ils s’arrêtent tous les 100 ou 150 km et en fonction des aires, une aire à la frontière belge ou à la frontière allemande verra donc passer les populations du nord de l’Europe descendant vers le sud mais aussi des français allant visiter l’Allemagne, la Belgique et les pays scandinaves, et ils sont nombreux.
Alors, pour le développement ou le maintient des commerces de votre commune, Messieurs les élus et présidents d'union commerciales, n'oubliez pas votre aire de services pour camping cars, d'autant qu'elle peut être jumelée de manière à permettre aux autocars de tourisme de profiter des mêmes services, éventuellement d’anticiper et de prévoir des places pour la recharge des futures voitures électriques, ce qui permet un apport de clientèle près de cet endroit.
Dans ce cas, il vaut mieux dissocier l'espace services de l'aire de stationnement, suite au bruit des bus qui laissent tourner les moteurs pour la climatisation.
 
Voir la législation en France, la création d'une aire et ses avantages pour une commune sur par exemple le site de la Haute Marne qui est très bien fait et détaillé.
http://www.tourisme-hautemarne.com/amenagement-developpement/hebergements-restauration-et-demarches/aire-campings-cars-definition-outils,2129,2913.html
 
Les autorisations sont les mêmes que pour un parking, et contrairement aux bruits que font courir certains patrons de campings, les démarches ne sont pas les mêmes que pour un camping, même si la capacité dépasse 5 emplacements, ce n’est toujours « QU’UN PARKING...  D’ARRÊT….. POUR CAMPING CARS », pour exemple la dernière aire camping car de PONT D’OUILLY dans le Calvados (14) de 45 places, ouverte avec l’aval de Monsieur le préfet sans les contraintes administratives d’un camping.
 
 
POURQUOI UNE AIRE DE SERVICES POUR CAMPING CAR EST ELLE SOUVENT PLUS INTERRESSANTE QU’UN CAMPING POUR UNE COMMUNE OU UN PROPRIETAIRE PRIVE.
 
POUR LA SIMPLICITE ADMINISTRATIVE :
Le code de l’urbanisme ne s’applique pas sur un terrain public, contrairement à un camping, une aire de services n’est qu’un parking, même si il y a de l’eau, de l’électricité etc… Jusque 10 camping cars, il n'y a aucune formalité, à condition de ne pas être sur un site classé, sauvegardé ou une réserve – Il faut dans ce cas un permis d'aménager – art R421 – 20 du code de l'urbanisme – un autre article CU - R421-23 du même code, précise que pour l’installation d’une aire de stationnement publique, susceptible de contenir de 10 à 49 unités, il suffit de déposer une déclaration préalable en mairie, il n’y a nécessité d’obtenir un permis d’aménager une aire de stationnement ouverte au public, que si celle-ci dépasse 50 unités (art CU – R 421-9). Le permis d’aménager une aire camping car (plus de 50 CC), n’est pas soumis aux mêmes règles que celui d’un camping, qui sont beaucoup plus sévères.
 
QUELQUES CHIFFRES: aux dires de nombreux concessionnaires, le marché du camping car représente la majorité du total des ventes, « caravanes et camping cars », il suffit d'aller voir un espace de vente (ou de les compter sur un grand axe), pour voir combien l'on trouve de caravanes exposées et ou elles sont reléguées, pour s'en faire une idée. Sachant que moins de 20% des nuitées de Campings Caristes se font dans des campings (17%), ou ils se rendent en général, uniquement et souvent pour y faire la lessive, on en déduit qu’une commune sans aire perd 83% de ces nuitées de camping car, et naturellement, tout le chiffre d’affaire qui en découle dans les commerces et musées, puisque vu la grandeur du véhicule, un conducteur de camping car prévoit ses bivouacs en fonction d'une certitude de stationnement c'est à dire en fonction des aires. Une commune sans aire voit passer des campings cars qui s'arrêtent rarement et encore à condition d'être sur un grand axe, sinon elle n'en voit même pas passer.
 
Le camping des années 70 évolue, en dehors des zones côtières ou de lieux célèbres, les terrains qui s’en sortent sont ceux qui ont investi en maisonnettes de location en conservant environ 1/3 pour l’accueil des tentes et caravanes ou ceux ayant séparé une grande partie du camping en aire Camping car avec un tarif nuit adapté aux CC, tarif plus bas qui est normal, dans la mesure ou l'on place 5 camping cars sur l'équivalent de 2 emplacements standards pour tentes ou caravanes et que leurs utilisateurs utilisent peu ou pas du tout les sanitaires. Ils utilisent également moins d’eau, les douches et robinets étant quasiment vaporisés, soit moins de 50 litres / jour pour un couple, douches comprises.
 
EN CAMPING - POURQUOI UN PRIX PLUS BAS AUX CAMPING CARS : 1ère pour qu'ils viennent !!! car au tarif camping actuel, ils restent souvent dehors et passent sans s'arrêter. Plus de 80% des nuitées se font hors campings - 2ème : Celui-ci a besoin de 35 à 40m² maxi en comptant la table et les chaises au lieu de 100 pour un caravanier, on obtient donc un taux d’occupation plus important pour une même surface, un équipement simple, égout et eau suffisent, pas besoin d'avoir d'immenses sanitaires à chauffer et à entretenir, ni de gardien à payer, une borne à monnaie ou carte bleue suffit...
 
UNE AIRE CAMPING CAR PEUT ETRE OUVERTE TOUTE L’ANNEE, AU BENEFICE DES COMMERCANTS DU SECTEUR ET DE L'EMPLOI LOCAL.
 
Une aire CC n’a pas besoin de main d’œuvre et d’accueil spécifique, une borne de type parcmètre suffit, tant pour le stationnement que pour les services, plutôt que de fermer un camping non rentable, ou d'en limiter l'ouverture à la période estivale, de nombreuses communes ont adopté ce principe qui permet d’accueillir au moins 8 mois sur 12 au lieu de souvent 2 ou 3 mois par an pour un camping classique, ceci tout au bénéfice du commerce et de l'emploi local.
 
LE CODE DE L'URBANISME NE S'APPLIQUE PAS SUR LA VOIE PUBLIQUE. Art R11- 41.
 
Un camping sans aire ni maisonnettes, à moins d’être en zone côtière recherchée, ne s’adresse qu’à un marché d'un autre âge, celui des années 70 ou les tentes et caravanes représentaient l'essentiel des ventes, mais aujourd'hui, celui ci est en peau de chagrin et c'est un marché limité à 3 ou 4 mois par an.
 
Un terrain dans les terres, qui n'est pas adapté à ces chiffres ne s'adresse donc qu'à moins de 50% des campeurs, sans préjuger de ce que le gestionnaire perd, l’organisation de ce terrain fait également perdre beaucoup d’argent au commerce local, il est voué à disparaitre.
 
 
UNE AIRE DE SERVICES NE CONCURRENCE PAS UN CAMPING, DE MÊME, UNE AIRE DE PIQUE NIQUE NE CONCURRENCE PAS LES RESTAURANTS. ET  UN CAMPING NE CONCURRENCE PAS LES HOTELS.
 
Un gérant de camping, voyant des camping cars sur une aire dans sa commune, peut croire que les campings-caristes viendraient chez lui si cette aire n'existait pas... Mais sans aire, cette commune ne serait même pas sur le plan de circulation et de bivouac des campings-caristes... Au contraire, comme la petite boutique dans l'allée commerciale d'un supermarché vit grâce à celui ci, un pourcentage de campings-caristes peut en dernière minute opter pour son camping si l’aire est complète, ne convient pas, s’il a une offre attractive ou si c’est le jour de lessive par exemple.

INFO 2014 – nouvelle jurisprudence - La commune de Brantôme (24), aidée par le CLC, vient de gagner son procès en appel suite à une assignation du syndicat des campings qui demandait la fermeture de l’aire communale pour concurrence déloyale – Avec versement de dommages et intérêts conséquents par le perdant - cour d’appel de Bordeaux du 17/07/2014.
 
Les dépenses effectuées par les campings-caristes qui s'arrêtent sur une aire ne profitent pas qu'aux commerçants, car en augmentant leur chiffre d'affaire, ces derniers risquent d'embaucher ou de préserver des emplois, d'effectuer des travaux dans leurs commerces ou leurs habitations... Et ce sont alors des employés, serveurs, ouvriers qui par cascade bénéficient de cette manne, c'est le B à BA de l'économie. Il suffit de voir par exemple à Gérarmer (88), Honfleur (14), Kaysersberg (67), les campings- caristes rentrer le soir les bras chargés pour le comprendre... De même quand on voit ces mêmes personnes quitter le camping car le soir vers 19h, et ils sont nombreux, ce n'est souvent pas pour prendre un bol d'air, mais bien pour aller au restaurant. (À l’âge ou l’on est souvent camping-cariste, on n’a plus d’enfants à charge, la maison est souvent payée, tout est pour le bien être).
 Une récente étude marketing de 10/2015 effectuée via l’émission de France 2 ‘’Cash Investigation’’ d‘Elyse Lucet – démontre par des chiffres que le pouvoir d‘achat des seniors représente aujourd’hui près de 50% des actes commerciaux.
 
Création d’une nouvelle catégorie :
 
Les Aires d’Etapes  -
 
Proposées par la FFCC dans le cadre de la réforme des classements, ces aires d’étapes offriront des équipements légers adaptés à la demande des camping-caristes. Les critères précis de cette proposition vous seront communiqués dès leur validation.
(Proposition qui a été faite dans le cadre de la réforme de classement des hébergements touristiques).
Une toute nouvelle catégorie d’accueil des camping-cars "les aires d’étape" devrait voir le jour très prochainement sur l’initiative de la FFCC. Les textes sont en cours de validation auprès des services de l’Etat (urbanisme et tourisme). Répondant aux besoins des camping-caristes, cette création a pour objectif de développer les lieux d’accueil, notamment dans les sites très touristiques et d’éviter une législation préjudiciable à tous les camping-caristes. Ces dispositions permettront des créations d’initiatives privées, multipliant ainsi les possibilités de stationnement des camping-caristes dans un cadre légal, sécuritaire et environnemental.
Quota d’emplacements pour camping-cars dans les communes touristiques.
 
Proposition d’obligation pour les communes à vocation touristique,
de la mise à disposition d’un nombre de places "camping-cars" correspondant à un pourcentage du nombre total d’hébergements touristiques dont elles disposent.
Ces places « camping-cars » seraient comptabilisées parmi les aires de stationnement publiques ou privées, les places du type « vignerons, fermes, artisans, restaurateurs» ou assimilées, les emplacements de camping (Stop Accueil Camping-car…) et également celles d’une nouvelle catégorie d’espaces dédiés à l’accueil des camping-cars qui devraient bientôt voir le jour « les aires d’étapes ».
 
(Proposition qui a été faite dans le cadre de la refonte des critères de classement des communes touristiques- à suivre).